Exploitation de l’exposition "Vers une mixité filles / garçons dans les métiers du soin et de l’aide à la personne"

par T. BAUDET

La 3ème Préparatoire aux formations professionnelles (Prépa Pro) :
Il existe dans l’établissement un dispositif d’adaptation et d’intégration : la classe de 3ème préparatoire aux formations professionnelles. Ce dispositif remplace la 3ème -option découverte professionnelle 6 heures. Elle est constituée d’élèves issus de 4ème de collège, qui découvrent des formations, des métiers dans les établissements d’enseignement professionnel et dans les entreprises.
Un stage d’une semaine puis de deux semaines sont prévus dans l’année.
Ils poursuivent en 2ndeProfessionnelle–éventuellement en apprentissage ou en 2nde générale ou technologique.
Les 25 élèves, 8 garçons et 17 filles, formulent leur choix définitif en fin d’année scolaire.

Objectifs pour la 3ème Prépa pro :
Elargir les choix d’orientation scolaire et professionnel. Faire progresser la mixité dans les parcours scolaires des élèves.

Actions : Comment changer l’image des métiers, renforcer la connaissance des parcours d’étude des filles et des garçons ?

a- Un débat d’une heure par demi-groupe. Séance animée le 14 novembre 2014 à partir d’un extrait du film Billy Elliot de Stephen Daldry-2000 .
Dans un petit village minier de l’Angleterre des années 80, Billy 11 ans découvre avec surprise qu’un cours de danse classique partage désormais les mêmes locaux que son club de boxe. Fasciné, il abandonne les gants de cuir pour chausser les pointes.
Son père et son frère (mineurs en grève) n’acceptent pas qu’il puisse se livrer à des activités aussi peu viriles

Extrait (chapitre 4) : le père découvre que son fils fait de la danse. Pour lui : la danse c’est pour les filles. Les garçons font du football, de la boxe, du catch (synonyme de virilité).

b- Une visite guidée d’une heure par demi-groupe de l’exposition de Danièle Taulin-Hommell, photographe, intitulée « Vers une mixité filles/ garçons dans les métiers du soin et de l’aide ». L’exposition est portée par le Ministère des Solidarités et de la Cohésion sociale, par le Préfet d’Ile-de-France et le Centre de Ressources Politique de la Ville en Essonne.
Cette exposition réunit une quarantaine de photographies. Des garçons (Laurent, Fabrice, Fréderic…) qui exercent des métiers dits féminins aussi variés qu’instituteur en maternelle, auxiliaire de vie sociale, ou responsable en halte garderie. Des filles (Cindy,Sarah,Tatiana…) qui exercent des métiers dits masculins tels qu’ambulancière, pompière ou éducatrice sportive de quartiers. Chaque photographie est accompagnée de témoignage : leur parcours, leurs aspirations, ce que leur apporte la mixité dans leur environnement professionnel. Tous témoignent de leur intérêt à exercer un métier qu’ils (ou elles) ont choisi par goût.
Un questionnaire a servi de support à la visite du 21 novembre 2014 :

Bilan des actions :
Lors du débat les élèves se sont montrés actifs, spontanés, dynamiques. Ils ont bien participé. Ils ont conscience que l’orientation est un enjeu personnel, un enjeu identitaire, comme pour Billy Eliott, fils de mineur, qui finit par devenir danseur de ballet envers et contre tous dans le film de Daldry.

Pour l’exposition de Danièle Taulin-Hommell, les professions dites féminines les plus citées par les garçons de la classe ont été :
- celle de Laurent professeur d’école maternelle qui constate que dans le cas de familles monoparentales, les mamans préfèrent mettre leur enfant dans sa classe et
- celle de Fréderic, responsable de halte-garderie ,métier qu’ils découvraient pour la plupart.

Pour les filles, elles ont été très nombreuses à citer des métiers incarnant des qualités « viriles » (force, qualités physiques…) :
- celui de Sarah, sapeur pompier et
- de Tatiana, éducatrice sportive de quartiers.

A l’évidence, tous ont pris conscience que la mixité des métiers, c’est possible !

Voir en ligne : détails de l’exposition